A little piece of care

(En cours de création)

Télécharger le dossier de présentation du projet

«Ecouter est un acte politique qui est l’expression de valeurs politiques, notamment le respect des personnes. C’est donc une manifestation de l’éthique du care et d’une résistance au cadre patriarcal, qui décide de qui doit être entendu, ou pas ».
Gilligan Carole

A little piece of care est une invitation à partager un moment poétique autour de la notion de prendre soin, dont l’épaisseur, la saveur, le goût dépendront de la relation entre un. invité.e et une danseuse-guide. 

Objet interactif, il repose sur l’immersion de la personne dans un processus de fabrication de sens, et propose un cheminement entre le dedans, et le dehors (la ville, le quartier, le village). 

Au fil de la relation entre la spectatrice et la danseuse se tisse un rituel de soin, vécu comme un ensemble d’interactions réciproques entre la personne invitée, et la danseuse guide, mais aussi entre le couple d’humain.e.s et l’espace extérieur, le quartier, le jardin, la ville, le paysage.

Des trajectoires réelles, mais aussi imaginaires, sensationelles se tissent au fur et à mesure des rencontres. Le quartier se charge alors petit à petit de nos passages successifs, promenades et moments dansés, déposés discrètement au détour d’une ruelle, d’un immeuble, etc. Passages répétés, se superposant ou presque, et fabriquant petit à petit une toile invisible faite de chacun de ces gestes, de chacun de ces moments privilégiés passés avec un.e habitant.e.

 

Genèse et intentions du projet:

La vraie nouveauté du care est de nous apprendre à voir la sensibilité comme condition nécessaire à la justice.

(Sandra Laugier)

Le mot care, très courant en anglais, est à la fois un verbe qui signifie s’occuper de, faire attention, prendre soin , se soucier de , et un substantif qui pourrait selon les contextes être rendu en français par soins, attention, sollicitude, concernement.

Little piece of care est une création à la fois ancrée dans mon histoire personnelle, mon lien intime à ces notions d’attention et de prendre soin, ainsi que dans mon cheminement a travers différents courants féministes.

Elle fait suite à l’expérience du burn out, accident de parcours brutal qui donnera suite à un long processus de repositionnement, de déconstruction-reconstruction de mon rapport au monde et aux notions d’engagement, de responsabilité, d’éthique. La notion de prendre soin émerge, alors. Centrale. Urgente. Eminente. Elle crie sa nécessité en tant qu’acte politique. Pour l’individu, mais aussi pour le monde.
De nombreuses lectures accompagnent cette lente maturation. Maturation faite de prises de consciences. Que les idéaux politiques et moraux n’empêchent pas des rapports de domination. Que prendre soin de soi, d’abord, puis des autres, porter attention, revenir à des attentions aux choses ordinaires, à la proximité est aussi (et peut être surtout) un acte politique. Ces lectures s’inscrivent progressivement dans des courants politiques et féministes et font émerger clairement en moi une conscience de mon héritage en tant que femme.

Little piece of care est alors une tentative.
Tentative d’ouvrir un espace poétique. Un espace de reconnaissance, et d’élaboration d’une parole partant de la singularité et de l’expérience de chacun.e. Un espace pour soi, mais tourné vers le monde.
Elle est soutenu par des auteur.e.s dont la douce radicalité m’a permis d’ouvrir les yeux sur la portée politique de l’écoute, du care, de l’accueil et de la bienveillance. Elle prend notamment appui sur les différents mouvements d’éthique de la sollicitude, courants politiques affirmant l’importance des soins et l’attention portés aux autres, mais aussi sur des pratiques d’attention.

Coproduction : Le Pacifique CDCN

Soutiens : Conseil Départemental de l’Isère

Travail en cours accueilli par :

le festival « Et pendant ce temps, les avions…. », Saillans, les 19 et 20 et 21 Avril 2018

le festival Foul’baz’art(s), St Martin d’Hères, le 9 Juin 2018

Télécharger le dossier de présentation du projet